Laure Manaudou une championne

forum sur Laure Manaudou
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 interviews et articles apres les mondiaux

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: interviews et articles apres les mondiaux   Dim 1 Avr - 14:50

Pour ne pas se perdre avec tous les articles parus sur Laure et ceux a apparaitre encore, je cree cette partie afin de mettre tout article de Laure apres sa derniere course lors des mondiaux de Melbourne 2007.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lorma.positifforum.com
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: interviews et articles apres les mondiaux   Dim 1 Avr - 14:52

01/04/2007
Natation - ChM - Manaudou : «Pas un exemple»



Dans un hôtel de Melbourne, Laure Manaudou a convié la presse, samedi vers 22h00. La championne du monde des 200 et 400 m en Australie vient de remporter sa cinquième médaille, une deuxième en argent, lors d'un exceptionnel 800 m. Toujours scotchée à son téléphone portable, elle apparaît détendue pour dresser un bilan de ses Mondiaux tonitruants et expliquer qu'elle «n'est pas un exemple» de sérieux. Mais attention... «Le jour où je ferai tout bien, ce sera autre chose», a-t-elle prévenu. Autre chose que cinq médailles mondiales ! Qui dit mieux ? Phelps... Aujourd'hui, elle redevient simple spectatrice dans les tribunes et demain, elle part en vacances pour une quinzaine de jours. «Il ne faut pas le dire, on va dire que je prends beaucoup de vacances», plaisante la championne. Et pour dépenser le pactole généré par sa collection de breloques, elle ne pense à rien. Ah oui... «Si on pouvait me donner le permis de conduire, ce serait bien, dit-elle en riant. C'est encore plus dur que l'entraînement.»



«Laure Manaudou, comment s'est passée cette dernière course ?

C'était incroyable pour moi parce que je savais qu'elle (Ziegler) allait être à côté de moi et que cela allait être difficile. Je suis partie intelligemment, pas trop vite, je savais que j'allais avoir mal. Elle a su rester à côté de moi pendant 750 mètres et me doubler dans le dernier 50. La meilleure a gagné. J'ai juste un petit regret de ne pas avoir fini sur une médaille d'or. Je suis vraiment contente de mes Championnats. Je ne pensais pas avoir autant de médailles, surtout sur le 100 m dos et 200 m nage libre. J'ai fait ce que je devais faire sur le 400 m. Après tout s'est bien passé, la semaine est passée assez vite.



Quel bilan dressez-vous de votre semaine ?

Je suis contente, je finis bien les Championnats du monde. Je suis avant tout heureuse d'avoir gardé mon titre sur 400 m, d'avoir pris de la vitesse sur 200 m et le 100 m dos, c'est super bien passé. Aujourd'hui (samedi), j'ai réalisé mon meilleur temps, un record (Ndlr : Europe), même si ce n'est pas la médaille d'or. Mon objectif était le 400 m, le reste était juste du bonus. Huit jours de compétition, ce n'est pas évident. Je savais que j'étais attendue. J'avais quand même obtenu des médailles aux Jeux, ce n'est pas rien. On ne peut pas dire que si je faisais quatrième, ce n'était pas grave. Mon but est de finir première, même si je n'y suis pas arrivée. Je le regrette un peu. Maintenant, j'ai envie de me reposer et de partir en vacances. Je suis contente que cela se finisse parce que c'était assez dur comme préparation.



Votre victoire sur le 400 m le premier jour a-t-elle servi de déclic ?

J'ai réussi à bien entrer dans la compétition. Mais le 400 m aurait eu lieu quatre ou cinq jours plus tard, j'aurais réalisé un meilleur temps. Je suis quand même contente de mon temps, j'ai réussi à faire 4'02'' lors de ma première course, le premier jour. Cela m'a libérée parce qu'il y avait beaucoup de pression sur le 400 m. Après c'était plus facile d'arriver sur une finale quand on n'a pas de titre à défendre ou de record. C'était plus facile pour moi au 200 m. J'arrivais avec une seule place de troisième aux Championnats d'Europe.



Lors de ces Mondiaux, vous avez été un peu le Michael Phelps au féminin ?

On me compare tout le temps à lui, mais je n'ai pas fait quatre records du monde ! C'est encore un autre monde, j'espère l'atteindre une autre fois. Tous les sportifs rêvent d'atteindre ce niveau. On verra l'année des Jeux, c'est une autre compétition avec d'autres nageurs. Je pense que le niveau sera plus relevé.



Quelle est votre plus grande déception sur ces Championnats ?

Ma plus grosse déception est la quatrième place d'Esther (Ndlr : Baron sur le 200 m dos). Elle a travaillé super dur, mais il y a des filles très fortes à côté. Mais ce n'est pas cette année le plus important, c'est l'an prochain.



Qu'est-ce qui a été le plus usant cette semaine ?

Les voyages entre la piscine et l'hôtel prenaient 40 minutes en bus. Ce n'est pas facile quand on a une finale de rester 40 minutes dans le bus où il fait chaud, où nous sommes serrés. Il faudra que cela s'améliore un peu.



Pensez-vous avoir progressé dans la gestion des courses ?

Pas dans la course elle-même, mais dans la compétition. J'ai su sacrifier deux courses. Par exemple sur le 50 m dos, j'ai un peu regretté, mais quand j'ai vu ce que j'ai fait au 200 m (Ndlr : médaille d'or). Je ne pense pas que j'aurais été capable de le faire en participant au 50 m dos. C'est normal de faire des choix, je ne peux pas tout faire à haut niveau parce que ce ne sont pas les Championnats d'Europe ou les France.



Techniquement, avez-vous encore des choses à améliorer ?

Les coulées, les départs, le temps de réaction. Je perds beaucoup de temps là-dessus. J'aurais peut-être pu gagner le 800 m avec un meilleur temps de réaction. Il faut juste le travailler à l'entraînement. Dans la nage et la gestion des courses, il n'y a rien à changer.



A propos de travail, vous avez dit après votre victoire sur 200 m que vous alliez vous montrer plus régulière à l'entraînement. Qu'en est-il de cette bonne résolution quelques jours après ?

A chaque fois je dis cela et à chaque fois je ne le fais pas (rires). Je pense que l'année prochaine, ça va nager beaucoup plus vite. J'ai vu au 800 m qu'il y avait des filles derrière, cela me motive. Je vais essayer de bien m'entraîner. Il ne faut pas oublier que l'année n'est pas finie. Il y a aussi les Championnats de France. Il faut les prendre comme les Championnats d'Europe ou du monde.



Avez-vous conscience d'être une locomotive pour les autres ?

Certains regardent comment je fais, comment je me prépare. Je veux leur dire que je ne suis pas un exemple. Je fais tout pour ne pas réussir. On ne mangeait pas très bien ici, on se couchait à minuit, ce n'est pas une vie de sportive normale. J'ai dit à Philippe (Lucas) que le jour où je ferai tout bien, ce sera autre chose ! Quand il y a quelque chose que je veux faire, je le fais et quand je ne veux pas, je ne le fais pas. Si je ne suis pas fatiguée, même à deux heures la veille d'une compétition, je ne me couche pas. (rires)



Avez-vous le sentiment d'être un peu seule dans cette équipe de France ?

Je ne suis pas toute seule. Il y a beaucoup de nageurs qualifiés pour les demi-finales et de finales. Il ne faut surtout pas oublier Sophie (Huber) qui a fait cinquième (sur 800 m). C'est super bien, elle avait très bien nagé au 400 m.»



Recueilli par Sophie DORGAN, à Melbourne
source: lequipe.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lorma.positifforum.com
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: interviews et articles apres les mondiaux   Dim 1 Avr - 14:55

La Voix du Nord - 01/04/2007

NATATION Laure Manaudou : « J’ai prouvé des choses »

La Française a obtenu la médaille d’argent du 800 mètres après un duel épique avec l’Américaine Ziegler. Son bilan à Melbourne est de deux médailles d’or (200 et 400 m nage libre), deux médailles d’argent (100 m dos et 800 m nage libre) et une de bronze (relais 4 x 200 m). Et elle est désormais en vacances car elle ne nage pas aujourd’hui, dernier jour des Mondiaux.
À MELBOURNE, PAR SÉBASTIEN VARNIER


Laure, avec un peu de recul, pas trop déçu d’avoir vu Kate Ziegler en or sur le 800 m ?
« Non, c’était une belle course. On a été ensemble tout le temps. C’est assez rare je crois. ça se joue à presque rien. Avec un meilleur temps de réaction au départ, j’aurais pu gagner. Mais l’essentiel est de voir que je peux aller défier des spécialistes comme Ziegler sur le 800 m ou Coughlin sur le 100 m dos. Moi, ma spécialité, c’est le 400 m, il ne faut pas l’oublier. »

Justement, ce que l’on retiendra de vos Mondiaux, c’est votre polyvalence et le fait que cette fois vous avez dû faire des choix dans votre programme.
C’est vrai, j’ai prouvé des choses. J’ai nagé des distances différentes. Mais j’ai aussi compris que je ne pouvais pas tout nager aux Mondiaux. Le niveau est trop élevé. Je peux faire ça aux “France” ou aux “Europe” mais pas aux Mondiaux. Si j’avais nagé la demi-finale du 50 m dos mercredi, je n’aurais pas gagné le 200 m par exemple. C’est bien d’avoir compris ça avant les Jeux. »

Vous avez un peu profité de ces Mondiaux pour voir d’autres courses ?
« Pas trop, un peu les courses des Français mais on est souvent en chambre d’appel ou entre la piscine et l’hôtel… J’ai vu un peu Phelps aussi. On me compare à lui mais il ne faut pas exagérer, je n’ai pas battu quatre records du monde cette semaine. »

Vos performances pèsent lourd dans le bilan de l’équipe de France. Sans vous, ce n’est plus la même réussite ?
« Ce sont les championnats du monde, on voit bien que le niveau est très élevé. il y a eu beaucoup de finales et de demi-finales pour l’équipe de France. Ce n’est pas rien, ça se joue parfois à très peu de choses. »

– Vous avez promis à Philippe Lucas de vous entraîner davantage, vous allez tenir parole ?
« (Hilare) Je dis ça à chaque fois… Bon, disons que j’ai bien remarqué que la concurrence s’était rapprochée et elle sera encore plus forte à Pékin. Ce que j’ai vu ici à Melbourne me donne envie de tout faire pour être au maximum aux Jeux. »

Vous avez gagné pas mal de primes avec les médailles et les records à Melbourne (plus de 120 000 euros), cela vous donne envie de vous offrir de belles vacances ?
« Des vacances, je vais en prendre, mais s’il y a un truc que j’achèterais bien, c’est le permis de conduire. J’ai bien l’impression que cela va être plus difficile à obtenir qu’une médaille d’or ! »

source: www.lavoixdessports.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lorma.positifforum.com
manon ze papilloneuze

avatar

Nombre de messages : 239
Age : 25
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: interviews et articles apres les mondiaux   Dim 1 Avr - 17:11

Merci Christel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: interviews et articles apres les mondiaux   Dim 1 Avr - 23:56

Après la cinquième médaille décrochée par Laure Manaudou sur le 800 mètres nage libre, Philippe Lucas ne peut que saluer les fantastiques championnats du monde de sa protégée. L'entraineur emblématique revient pour nous sur sa dernière course et dresse un bilan complet.

PHILIPPE LUCAS, cette dernière course et cette dernière ligne doit vous laisser un gout d'inachevé ?
P. L. : C'est effectivement dommage mais il n'a y a pas grand-chose à reprocher à Laure. C'était une très belle course, très sérieuse, de très haut niveau.

Quelle tactique aviez-vous mis en place pour essayer de décrocher l'or ?
P. L. : Les adversaires, il faut toujours essayer de les surprendre, de les bousculer pour leur faire perdre les pédales, c'est pour cette raison que j'avais demandé à Laure de partir vite tout en gardant de la réserve pour la deuxième moitié. Je pense d'ailleurs que Ziegler a été surprise que Laure lui résiste au cours du deuxième 400. Elle n'a d'ailleurs pas été très bien pendant 150 mètres mais il faut reconnaitre que c'est vraiment une très très grande nageuse.

Jusqu'à quel moment avez-vous cru à la victoire ?
P. L. : Je savais qu'elle ne pourrait pas tenir dans le dernier 50 mètres.

Quels aspects positifs retiendrez-vous de cette course ?
P. L. : Laure n'a jamais rien lâché, elle s'est battue comme jamais puisqu'elle n'est jamais revenue aussi vite. Elle est tombée face à une grande spécialiste du demi-fond. Il ne faut pas oublier que Ziegler était la favorite, la patronne et Laure a réussi à lui faire peur.. Je suis vraiment très content parce qu'elle a fait preuve d'un investissement de tous les instants. Elle a couru cette dernière épreuve de façon très sérieuse alors que ce n'est pourtant pas vraiment son truc.

Laure aurait-elle été capable de signer une telle course avec les séries du 4x100m 4 nages dans les jambes ?
P. L. : Non, impossible. Je pense que le DTN Claude Fauquet a été très bien sur ce coup-là. Il m'a dit que c'était à moi de choisir et que les finales individuelles demeuraient prioritaires. Il a tenu un bon discours et il n'y pas eu le moindre problème

Les progrès accomplis sur le 200 et le 800 mètres pourraient-ils lui servir sur sa course fétiche, le 400 mètres ?
P. L. : 1'55'52 sur 200 mètres, 8'18''80 sur 800 mètres.. Ce qu'a fait Laure est vraiment de très bon augure pour son 400. Si elle continue dans celle voie et si elle se montre plus sérieuse à l'entrainement, je pense qu'elle pourrait très vite battre son record du monde.

Quel bilan tirez-vous des championnats du monde de Laure Manaudou ?
P. L. : C'est tout simplement exceptionnel. Elle a signe de super résultats. 1 record du monde, trois records d'Europe, 8 records de France, 2 titres, deux médailles d'argent et en améliorant ses meilleurs temps dans chacune des disciplines.. Il n'y a pas grand-chose à dire. Ce sont des grands championnats du monde !

Pensez-vous que la victoire obtenue dès le premier jour sur 400m est un moment clé pour expliquer ses exceptionnels championnats du monde ?
P. L. : Bien sûr. Le 400 mètres est une course très importante pour elle et le bon résultat obtenu dès dimanche a permis de déclencher la suite. Le plus important était de garder son titre. A partir de là, elle a pu aborder la suite de la compétition totalement libérée et pu enchainer l'esprit tranquille. Sans cette victoire, il n'y a rien derrière. C'est la course charnière. Si elle ne s'y impose pas lors de la première journée, elle ne fait plus rien derrière.

Parfois comparée à Phelps, Laure Manaudou est vraiment l'archétype de la nageuse polyvalente...
P. L. : Oui, bien sûr, mais elle est loin d'être la seule. L'Américaine Coughlin a notamment fait le 100m dos, 100m papillon et le 100m libre ainsi que les relais. Katie Hoff fait le même genre de programme. Il y a plusieurs nageuses de ce niveau, capables de briller dans plusieurs disciplines.

Laure aura-t-elle un programme aussi chargé aux Jeux Olympiques ?
P. L. : Je n'en sais rien. Je n'ai pas encore pensé aux Jeux, c'est encore beaucoup trop loin.

Que retiendrez-vous de ces championnats du monde ?
P. L. : J'ai été très impressionné par le niveau des Américains mais également par d'autres nations telles que la Chine et le Japon qui placent des nageurs dans presque toutes les finales. La relève est également là avec beaucoup de nageurs nés au début des années 90, et comme je vous l'ai dit de nombreuses fois, la concurrence sera encore plus vive aux Jeux !



Eurosport - Propos recueillis par Thomas BONNET, envoyé spécial à Melbourne - 31/03/2007 19:51

source: www.eurosport.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lorma.positifforum.com
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: interviews et articles apres les mondiaux   Lun 2 Avr - 12:40

Toujours plus loin

Deux titres, cinq médailles, des records en pagaille dont un mondial, les Mondiaux de Melbourne ont confirmé l’avènement de Laure Manaudou. Retour sur la folle semaine australienne du fleuron de la natation française.



Dimanche 25 mars : Premier jour, premier titre
Le forfait sur le 200m 4 nages ne laisse pas de place au doute. Le duo Lucas-Manaudou veut frapper fort d’entrée. Championne du monde en titre et championne olympique du 400m, l’ancienne Melunaise se concentre sur sa distance de prédilection. La pression est forte mais les séries rassurent. Meilleur temps en 4’5’’59, Manaudou se place idéalement pour la finale de l’après-midi. En dépit de l’attente qu’elle suscite, la Française ne craque pas et remporte son premier titre à Melbourne devant Otylia Jedrzejczak en 4’02’’61 soit le record des championnats et accessoirement la deuxième meilleure performance de tous les temps. Insuffisant aux yeux de cette perfectionniste qui ne peut réfréner une moue de déception à la vue de son temps.

Lundi 26 mars : Un record de France au passage
Dans une journée sans finale, Laure Manaudou s’attache à soigner les apparences. Le chrono sera son obsession après la très relative déconvenue de la veille. Les séries matinales sont avalées sans peine avec le 4e temps (1’00’’92) en 100m dos et le 6e (16’12’’16) lors du 1500m. Une course d’endurance qui n’allait pas avoir de conséquences sur sa production de la soirée. 2e temps des demi-finales du 100m dos, la nouvelle résidente du Canet-en-Roussillon signait un nouveau record de France de la discipline en 1’00’’55.

Mardi 27 mars : Au tour de l’argent
Après la victoire de sa protégée sur 400m, Philippe Lucas n’avait pas caché son soulagement et avait annoncé que la suite ne serait considérée que comme du bonus. Une cerise sur le gâteau que la jeune femme allait croquer dès le matin avec un record de France du 200m battu en séries (1’57’’66). Loin d’être rassasiée, Manaudou voulait s’offrir un festin en finale du 100m dos. Son duel avec Nathalie Coughlin tenait toutes ses promesses, les deux nageuses descendant allègrement sous la minute. Plus fraîche, l’Américaine détenait le meilleur finish et s’imposait avec à la clé le record du monde (59’’44). Mais l’argent suffisait au bonheur de le Française. D’autant plus qu’il était assorti d’un joli record d’Europe (59’’87). A peine sortie du bassin, Manaudou devait y replonger pour le 1500m. Très entamée, elle tentait le tout pour le tout en partant très vite mais devait vite se résigner et gérait ses efforts sur la fin (8e en 16’42’’17). Car cette journée dantesque n’était pas terminée. Restait à assurer une place en finale du 200m. Bien qu’à bout, la Française y parvenait (5e temps) en faisant même mieux avec encore un record de France (1’57’’30).

Mercredi 28 mars : Titre et record du monde !
Impressionnante depuis le début de la semaine, Laure Manaudou n’avait pourtant pas livré sa meilleure partition. Le record de France sur 50m dos (28’’84) en série annonçait un feu d’artifice pour la finale du jour, le 200m. Moins fatiguée que la veille, la Tricolore laissait exprimer son potentiel sur cette distance lors de son mano à mano avec l’Allemande Annika Lurz. Pour 16 centièmes, la Française touchait en première et établissait un nouveau record du monde en 1’55’’52 s’offrant ainsi un incroyable doublé 400-200m. Une performance en partie réalisée grâce à son retrait de la finale du 50m dos.

Jeudi 29 mars : La collection de métal complétée
Programme très léger pour la boulimique Manaudou en ce jeudi. L’ancienne sociétaire du Cercle des nageurs de Melun Val de Seine ne se jetait à l’eau que pour le seul relais 4x200m. Avec ses amies de l’équipe de France Alena Popchanka, Sophie Huber et Aurore Mongel, Manaudou allait connaître sa première joie collective de ces Mondiaux. Bien lancée par ses camarades, la Française partait à la lutte, loin derrière les intouchables Américaines, pour l’argent avec l’Allemagne et une certaine...Annika Lurz. Cette fois, l’Allemande avait le dernier mot mais le bronze faisait tout de même la joie de Manaudou.

Vendredi 30 mars : Journée de «repos»
Après de telles émotions, logique de vouloir faire reposer la machine. Laure Manaudou ne comptait qu’une seule course à son menu du jour avec les séries du 800m. La vice-championne olympique de la distance assurait ainsi aisément sa qualification en signant le meilleur temps (8’25’’65).

Samedi 31 mars : Fantastique duel avec Ziegler
Sagement, l’élève de Laure Manaudou faisait l’impasse sur les demi-finales du relais 4x100m 4 nages. Malheureusement, ses copines du groupe France échouaient à 37 centièmes de la finale allégeant du même coup le programme de sa dernière journée. Une seule course donc à se mettre sous la dent, mais quelle course. La finale du 800m tournait très vite à l’explication de texte avec Kate Ziegler, le reste de la concurrence, dont Sophie Huber, étant relégué à des années lumières. Au coude à coude pendant toute la course, les deux jeunes femmes livraient un ultime 100m de toute beauté. Les 25 derniers mètres étaient ceux de trop pour Manaudou, rattrapée par son programme gargantuesque. Loin de ressasser ce dernier épisode de sa saga australienne, Laure Manaudou affichait un grand sourire sur le podium. Avec un bilan chiffré de 5 médailles dont deux d’or, un record du Monde, un record d’Europe et deux records de France, l’égérie de la natation française pouvait légitimement prendre enfin le temps de savourer.

Bilan de Laure Manaudou :
Médailles d’or sur 200m et 400m
Médailles d’argent sur 800m et 100m dos
Médaille de bronze en relais 4x200m

Record du Monde du 200m en 1’55’’52
Record d’Europe du 100m dos en 59’’87
Record de France du 50m en 28’’84 et du relais 4x200m en 7’55’’96
source: http://sports.lefigaro.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lorma.positifforum.com
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: interviews et articles apres les mondiaux   Lun 2 Avr - 12:43

Cinq médailles, deux titres, un record du monde… A l’issue des championnats du monde, Laure Manaudou est bel et bien devenue la plus grande nageuse française de l’histoire. Pour nous, la protégée de Philippe Lucas dresse un bilan de ce rendez-vous planétaire et se projette déjà vers l’avenir.

LAURE MANAUDOU, Avec quelques heures de recul, comment jugez-vous votre soirée ?
L. M. : Ma soirée s'est bien passée. J'ai un petit regret, celui de n'avoir pas fini avec une médaille d'or. Je suis vraiment contente de ma semaine ici. Je ne pensais pas avoir autant de médailles. Je devais surtout faire le 400m.

Que tirez-vous comme enseignements de cette compétition ?
L. M. : Il faut savoir nager vite le matin. En fait, il n'y a rien de spécial. Je savais comment je nageais. J'ai bien géré mon 1500m et j'ai sacrifié le 50m dos pour le 200m. J'arrive à gérer aussi le contrôle antidopage. Avoir un contrôle, enlever la combinaison et repartir en course seulement 20 minutes après.

Avez-vous été contrôlée souvent ?
L. M. : Oui. Il y en a eu pas mal cette semaine. Cinq. C'est normal.

Que pensez-vous du problème de l'Australien Ian Thorpe ?
L. M. : Je l'ai appris il n'y a que peu de temps. Je ne connais pas l'affaire. Je n'ai rien à dire sur le sujet.

Qu'est-ce qui vous a le plus fatiguée durant cette compétition ?
L. M. : Les voyages jusqu'à la piscine. Ce n'est pas facile de rester 40 minutes dans le bus.

N'avez-vous pas le sentiment d'avoir gagné en maturité pendant cette semaine ?
L. M. : Pas dans les courses elles-mêmes, mais dans la gestion de la compétition. Je ne peux pas faire tout au plus haut niveau. Ce ne sont pas les Championnats d'Europe ni les "France".

Certains vous appellent la mini Michael Phelps...
L. M. : On me compare souvent à lui. Mais je n'ai pas fait quatre records du monde. Phelps, c'est encore un autre monde.

Est-ce le monde que vous voulez atteindre ?
L. M. : Je pense que tous les sportifs rêvent d'atteindre ce niveau.

Est-ce une raison de plus pour vous entraîner davantage comme vous l'avez annoncé ?
L. M. : A chaque fois, je dis cela mais je ne le fais pas. L'année prochaine, ça va nager encore plus vite. Ça me motive. Je vais essayer de bien m'entraîner.

Que vous reste-t-il à améliorer ?
L. M. : Plein de choses ! Le temps de réaction notamment. Je pouvais gagner le 800m avec un bon temps de réaction. Il n'y a pas de médaille sans travail. J'espère travailler un peu petit plus, mais ce sera difficile.

Etes-vous impatiente d'arriver à Pékin ?
L. M. : Non. Il reste encore un an et demi. D'ici là, il peut se passer beaucoup de choses. Je ne peux dire que je suis pressée.

N'êtes-vous pas seule en équipe de France ?
L. M. : Pas du tout. Il ne faut pas oublier Sophie Huber qui a fait cinquième sur le 800m nage libre. C'est super bien. Il y a aussi beaucoup de nageurs qui ont fait des demies ou des finales. Je ne suis pas seule.

Etes-vous écoutée dans cette équipe ?
L. M. : Ce n'est pas qu'on m'écoute. Moi, je ne suis pas capable de parler devant tout le monde. Je pense cependant qu'il y en a qui regardent comment je fais, comment je me prépare mais je me dois leur dire que je ne suis pas un exemple. Je ne fais pas tout pour réussir. J'ai dit à Philippe Lucas : "Le jour où je fais tout pour être première, ce sera autre chose".

Est-ce parce que vous avez 20 ans et que vous voulez profiter ?
L. M. : Quand je veux faire quelque chose, je le fais et quand je ne le veux pas, je ne le fais pas. Si je ne suis pas fatiguée, je peux me coucher à deux heures la veille d'une compétition.

Vous avez gagné beaucoup d'argent en primes (plus de100 000 euros) avec vos succès. A quoi aspirez-vous ?
L. M. : Si on pouvait me donner le permis de conduire... Si je pouvais l'acheter... Le permis, c'est encore plus dur qu'un entraînement (rires).




Eurosport - Propos recueillis par notre envoyé spécial, Thomas BONNET - 02/04/2007 09:28

source: www.eurosport.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lorma.positifforum.com
manon ze papilloneuze

avatar

Nombre de messages : 239
Age : 25
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: interviews et articles apres les mondiaux   Lun 2 Avr - 16:07

"finir avec une médaille d'or" IN-SA-TIA-BLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: interviews et articles apres les mondiaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
interviews et articles apres les mondiaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MES IMPRESSIONS DU XMAX 2010 APRES 800 KMS
» petite sortie samedi apres midi
» BREVET RANDONNEURS MONDIAUX - 300 KM Auffay
» Records mondiaux
» Apres la pluie..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laure Manaudou une championne :: Laure Manaudou :: Presse-
Sauter vers: